9mois+24J: 1er Noël, la gestion des jouets.

L’année 2018 va se terminer dans quelques heures. Je souris en relisant ce post sur FB écris il y a 6 ans :

 » Je sens que ça va être compliqué d’avoir à recommencer à se lever avant 11h tous les jours dès mercredi… ».

Cette lointaine époque où le mot « grasse matinée avait une signification pour moi… Ah la la.

la vraie vie de parents…

Le premier noël de bébé s’est donc achevé, avec un petit marathon de 8h de route (en plusieurs fois hein) avec d’un côté la belle famille dans le Nord, et d’un autre côté la famille dans le Sud. La voiture chargée ras la gueule comme d’habitude… Et l’appréhension que bébé ne dorme pas durant les sessions de 2h. Mais dans l’ensemble, ça s’est plutôt bien passé, bien mieux que le déphasage de bébé lié aux fêtes : nouvel environnement, plein de monde, et ses parents qui veillent…

Le déballage des cadeaux il était encore trop jeune pour ça, mais nous avons fait mouche avec un jouet (un parmi ceux que la maman avait listé avec soin) : « le super bateau des animaux ». Un des premiers de la longue et nouvelle série des jouets dits « électroniques ».

Si ce genre de jeu doit sûrement avoir un effet bénéfique sur l’éveil du bébé (car ça fait du bruit et de la lumière) ça a aussi un gros inconvénient pour les parents : on se coltine les airs toute la journée et autres musiques enfantines en permanence. Un bonheur (le bon roi dagobert, les marionnettes, la souris verte il ne manquait plus que « its a small world » et la boucle était bouclée etc). Et souvent, c’est pas très recherché… Bref.

Bébé a comme il fallait s’y attendre été couvert de jouets. Bien trop gâté. C’est dommage car il déleste un jeu sur deux, et d’une manière générale préfère évoluer avec les objets d’adultes de quotidien que de jouer à ses jeux : vider le dessus de la table basse, le contenu des tiroirs qu’il peut ouvrir comme celui de son meuble à vêtements ou encore vider la totalité de la bassine de linge, ce qui est bien plus fun que de mettre des objets ronds, triangulaires ou carré aux effigies de mickey, donald et dingo dans une maison (il a rapidement capté que ça rentrait par la porte par laquelle il faut d’ailleurs les faire sortir… petite futé va)… On se crève le cul à leur payer des jouets qu’ils n’utilisent pas, foutue société consumériste, mais bon c’est le plaisir d’offrir !
Dans la famille « on ne sait pas dire non », on a eu le malheur d’accepter une peluche taille 1:1 ou presque d’un éléphanteau couleur bleu flash : « Il me faisait craquer » a confié la personne qui lui a offert. Je me demandais dans ma tête s’il fallait pour le ramener chez nous louer un coffre de toit ou une remorque, mais au final bien compressé il tenait entre 2 valises (elle n’a pas souffert hein, vu que c’est une peluche…). Devant le non effet de bébé (en mode « rien à battre de cette énorme chose, laissez moi m’amuser avec le bolduc qui l’entourait) face à cette gigantesque peluche, on était sur le point de dire à celle qui lui avait offert : « oh écoute, ça te fera sans doute plus plaisir à toi qu’à lui de le garder, non ? « , mais on a rien dit (enfin en vrai on lui a dit mais, elle ne souhaitait pas le garder…).

peluche-elephant-bleu

L’autre difficulté évoquée plus haut a été au niveau du déphasage de bébé, lui qui était habitué à s’endormir aux alentours de 19h a lutté et veillé jusqu’à 22h30, (en mode insupportable car ultra fatigué) refusant d’aller faire dodo (malgré nos multiples tentatives) sachant qu’il y avait de l’animation et qu’il allait louper ça, mais comme à son habitude, à 5h pétante il s’est réveillé, comme quoi peu importe l’heure du coucher, 5h c’est son heure, point… Une autre nuit (toujours en déplacement), lassé de ses réveils toutes les 15 minutes, on a fini par le laisser dormir entre nous, ce qu’on appelle le « cododo ». Bingo, il a dormi la totalité de sa nuit sans broncher (bon à part quelques retournements mais pas de réveils à proprement parler). On est un peu « mitigé » sur cette technique, pourtant si répandue en orient, et si décriée en occident. L’appréhension qu’il lui arrive quelque chose, et qu’il s’y habitue (pas jusqu’à ses 18 ans mais trop longtemps), et ce malgré le fait que contre toute attente, ça le fasse dormir toute une nuit sans réveil. C’est la preuve s’il en est que ce ne sont pas les douleurs de ses dents qui poussent (vu qu’en plus, après les 4 sorties en haut les 4 en bas sont sorties donc en théorie il est tranquille pendant quelques mois avant les prémolaires) qui le réveillent, mais bien le fait qu’il se sente seul et que ça l’angoisse. A voir comment la situation évoluera les prochaines nuits.

Enfin, l’autonomie au quotidien est toujours compliquée à gérer avec lui. En gros, si tous les indicateurs sont au vert (reposé, et l’estomac plein) il jouera quelques instants avec ses jouets, ou partira en mode exploration de l’appartement (on a rapidement planqué tout objet susceptible de casser ou d’être dangereux pour lui) à 4 pattes. Très souvent on le récupérera en dessous de la table du salon entourée des chaises de bar (sa « maison » dans laquelle il aime se cacher et aussi remplir sa couche). Bien évidemment, il se fait bien plus mal qu’auparavant, en glissant ou parfois car il évalue mal les distances. Chutes, bord de table, baignoire, ou mur, ce sont souvent des chouineries qui durent une dizaine de secondes et qui sont rapidement oubliés après un petit câlin. Si un de ces indicateurs tend vers l’orange ou vers le rouge, il devient une glue puissance 1000. 2 solutions alors pour le calmer : le faire marcher pied nu (son plus grand kif du moment), en le tenant par les bras (ce qui lui permet de continuer l’exploration de l’appartement donc), ou lui filer un biberon ou un truc solide à manger comme un boudoir, une purée ou une compote (ce qu’on essaie de faire dans des périodes relativement éloignées, mais parfois c’est dur…).
Il prend énormément de temps et d’énergie (à surveiller) mais ça j’imagine que c’est propre à tous les bébés.

Reste qu’il continue à toujours galérer à s’endormir, surtout durant les siestes en journée. Lorsque ce n’est pas en poussette ou après le bib du soir (où là c’est plus simple), il refuse tout simplement l’endormissement, et s’agace car forcément il devient de plus en plus insupportable car fatigué (et ainsi de suite).

Dans quelques jours, la maman et moi allons nous accorder une journée de tête à tête après avoir déposé bébé chez l’ass-mat, afin d’en profiter et de nous rappeler du temps où nous étions que tous les deux, où nous profitions du temps qui passe, et que nous étions pourtant déjà si impatients de devenir parents (on ne nous avait pas tout dit ^^).

Je profite de ce dernier post de 2018 pour vous souhaiter à toutes et à tous, primipares ou non, jeune parent angoissé ou tout simplement visiteur/visiteuse de passage, une excellente année 2019.
Et n’oubliez pas : c’est normal d’être désespéré lorsque vous avez un enfant, c’est juste le métier qui rentre ^^.

Une des rares photos de bébé que vous aurez l’occasion d’admirer alors profitez-en 🙂
Publicités

Une réflexion sur “9mois+24J: 1er Noël, la gestion des jouets.

  1. Et bien quel Noël mouvementé! On a eu le même ici! Avec 3 fois 3h de route… et les cadeaux..ah les cadeaux…c’est simple: notre salon ressemble à Disneyland! Et comme chez toi, ici bébé ne jure que par les cartons du bac à recyclage. Elle joue tout de même avec ses nouveaux jouets, mais il y en avait bien trop alors j’en ai rangé certains. On les ressortira plus tard!
    Je te souhaite également un bon réveillon!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s